Le concept

Un hymne à la beauté

« Symbiose » : car lorsque deux arts s’unissent, ils n’en forment plus qu’un. Chacun se fond en l’autre, et il n’y a alors plus qu’un concept et non plus une recette. Une fusion au lieu d’une addition. En toute symbiose se cache une allégorie de la fécondation, un œuf issu de deux éléments au départ distincts finit par éclore, évoluer et grandir. Au fond, toute création, toute rencontre artistique peut être vu comme une forme d’hommage au principe de vie.

Pour une définition plus officielle (à savoir celle du dictionnaire), une symbiose représente une association harmonieuse entre plusieurs éléments très différents les uns des autres, non pas opposés mais appartenant à des mondes hétéroclites. Un nom tout choisi pour cette démarche qui a pour prétention de créer une symbiose entre trois éléments à la fois très proches et très différents :

. La nudité naturelle.

. Le body-painting artistique.

. La photographie artistique.

(Nota Bene : de façon encore plus pragmatique, Symbiose est une association loi 1901).

Mais voyons le sens de chacun de ces éléments…

photo ammar

Nudité naturelle

Paradoxalement, la nudité est trop souvent vue comme non-naturelle, et le port du vêtement comme naturel. Tout un chacun portant des vêtements le plus clair de son temps, il y a bien sûr une certaine logique en cette considération. Pourtant, la nudité est en réalité bien plus naturelle et proche de la nature que les tissus synthétiques dont on se revêt tout au long de l’année.

1091345

De nos jours, le nu est si peu vu comme naturel qu’on l’associe bien trop facilement au sexe et à l’érotisme. Il n’y a qu’à voir les poses généralement suggestives ou coquines qu’ont tendance à montrer la plupart des photos de nu. Ce projet prend le contre-pied de cette tendance en replaçant le nu dans son cadre d’origine : un cadre sain et naturel. Dans la logique de cette démarche, le projet se déroule notamment en milieu naturiste (clubs, plages, centres…) ainsi que dans des cadres verdoyants, liés aux éléments de la terre, de l’air et de l’eau (sable, roche, forêt…).

Oui, le projet Symbiose est étroitement lié à la nature. Nature du corps, nature de l’âme, de l’environnement, des éléments. Mais aussi et surtout : respect du corps, nudité vécue comme un bien-être, une façon de mieux vivre son quotidien, de faire corps avec le vent, la mer, la matière.

Body-painting artistique

Le body-painting est une pratique aux multiples visages. On peut le vivre comme un simple jeu ou un loisir, on peut y mettre une touche humoristique, fantastique, inventive, simple, sophistiquée… Il existe sans doute autant de styles que de body-painters.

Le collectif Symbiose n’a pas pour objectif de considérer le corps tel un simple support. On pourrait, en ce sens, rapprocher la démarche de celle du street-art. Le « vrai » street-artist sait distinguer un mur d’un autre, selon le type d’endroit. Il ne peindra pas de la même façon un grand mur citadin qu’un petit mur près d’une forêt… Bien entendu, la comparaison s’arrête là car dans le cas du body-painting, le « support » est vivant et doué d’émotion, et là se situe toute la magie de cette pratique artistique !

SONY DSC

Il s’agit donc de peindre et dessiner en fonction du sujet. Son physique bien entendu mais aussi et surtout son allure, sa personnalité, sa façon d’être, son regard. L’idée n’est pas de définir à l’avance un dessin puis de l’appliquer sur n’importe quelle peau, mais au contraire d’agir en cohésion avec la personne, afin de refléter la beauté de son apparence autant que la beauté de son être. Agir selon tous ces paramètres permet d’aller au-delà des apparences premières, de mettre l’âme à nu autant que le corps. Le terme de « symbiose » n’en aura que davantage de sens.

Photographie artistique

la-fille-avec-un-appareil-photo,-canon-eos-550d-183475

Le body-painting formant des œuvres éphémères, immortaliser l’éphémère coule bien entendu de source. Mais par ailleurs, un œil d’artiste-photographe donne une toute nouvelle dimension à l’oeuvre. Une belle photo ne consiste pas à « tricher » en retravaillant sans cesse l’image ou en ajoutant mille effets artificiels. Elle consiste au contraire à magnifier l’instant, en tenant compte du lieu, de l’oeuvre peinte, de la personne.

C’est bien entendu par le biais de la photographie que l’âme du modèle et la beauté de la peinture peuvent être réellement reflétées. Une vraie photo ne ment pas ni ne maquille rien : elle se contente de faire ressortir certains éléments, en les orchestrant tel un musicien.

Plus concrètement, un appareil utilisé avec talent fait ressortir magnifiquement les couleurs, contours et traits de peinture, ainsi que les courbes du corps et le grain de la peau, tout en valorisant également le cadre environnant. Effets de flou, jeux d’ombre et de lumière, profondeur, contraste, tout doit être dosé avec justesse pour rendre chaque œuvre esthétique et envoûtante. Mais aussi et surtout, la volonté du modèle n’est pas mise de côté, et c’est sa propre personnalité qui doit apparaître sur chaque cliché.

Objectif de base

Au cours de différentes sessions, des modèles amateurs sont invités à participer au projet. Une session peut se faire en différents types de lieux et sur des durées variées. Tout le monde est bénévole, du concepteur du projet aux différents participants. Les dons ne servent qu’à couvrir les frais (transport, matériel…).

Sur quelques heures, une journée, une semaine ou davantage selon les possibilités de chacun, on peint, on photographie, on partage. Et si chacun tient un rôle précis, chacun à son mot à dire sur telle ou telle étape et peut faire part de ses envies et suggestions. Le projet se bâti pas à pas, au gré des rencontres, des temps de l’année et des moyens à disposition. Il est en évolution constante. Peu à peu il s’améliore, s’embellit, et les défauts et maladresses se corrigent.

2015-06-14-AJNF-09

Les photographies sont diffusées de différentes manières. Sur Internet (en espace public ou privé, selon la volonté de chacun), et in fine en eBook, en livre papier, ainsi qu’en espaces d’expositions. Tout support est envisagé. Bien entendu, tout dépendra des partenariats qui se mettront en place, et des personnes intéressées. Précisons que ce projet n’a pas vocation à être commercial, il s’agit avant tout de se réunir par amour de l’art.

29

Une session réunit donc un ou plusieurs photographes, un ou plusieurs body-painters, et bien entendu des modèles. Tout dessin réalisé sur un participant donne lieu à une série de photos, dont certaines seront par la suite sélectionnées. Toute suggestion du participant sera étudiée (motif, posture, cadre). Plusieurs dessins peuvent être réalisés sur le même participant, selon l’inspiration du dessinateur et du photographe. Une seule photo peut réunir plusieurs modèles, selon les idées de poses et de mises en scène. Les publications de ce blog témoignent de toute cette diversité : on y trouve des familles, des couples, des femmes, des hommes, des enfants, des ados, des personnages mûres, âgées… de tout !

Style graphique

Nota Bene : le style décrit ci-dessous peut bien entendu évoluer. Ce projet a pour but d’être une entité vivante, évoluant au gré des rencontres et expériences. Si vous êtes artiste, n’hésitez pas à nous rejoindre et à faire évoluer ce projet avec nous.

Matériel

Feutres de différentes épaisseurs, du gros à l’ultra-fin, généralement de la marque Posca (de l’acrylique à l’eau sans danger pour le corps, très souvent utilisée en body-painting). L’absence de pinceau permet de se concentrer sur la beauté et la précision du trait, sans forcer sur les dégradés et en évitant tout « remplissage ». (Nota Bene : Non, on n’a pas d’actions chez Posca 🙂  ).

feutresposca

Style graphique

Certains motifs ne sont pas colorés, d’autres sont des tracés comprenant des intérieurs colorés. L’idée étant que le dessin soit en harmonie avec le corps. Autrement dit, le style graphique ne doit pas produire des dessins « effaçant » le corps. C’est pour cela que les zones de traçage et de coloriage sont toujours alternées avec des zones de peau à l’air libre. Les tons de couleurs sont choisis en fonction du teint de la peau.

sans-titre-1

Comme vous pouvez le voir dans les images du blog, le style graphique est très orienté art contemporain, avec un côté tribal et ethnique (influence Maya, Aztèque, Maorie, Egyptien, Amérindien, Kanak, Précolombien). Le lettrage et le street-art sont également explorés (alphabets réels et imaginaires, calligraphies, tags et graffitis).

20130827_11545900_AD

Le dessin, tantôt monochrome, tantôt très coloré, peut s’étaler sur une grande partie du corps ou au contraire sur des parties bien plus petites, comme le haut de l’épaule, le pied ou la paume de la main. Bien souvent dans le body-painting, le corps sert à embellir un motif. Ici, c’est le motif qui se met au service du corps.

Style photographique

De nombreux plans et cadres sont possibles. Selon le motif et le concept, le corps entier peut être photographié, ou bien une partie, voire un détail (comme une épaule, un visage ou un pied). En fait, il n’est pas nécessaire que la nudité soit toujours montrée toute entière : elle peut être également ressentie, devinée. Les photographies peuvent donc explorer le très gros plan, le gros plan, le plan moyen, le plan d’ensemble, la plongé, la contre-plongée etc.

_mg_5392

L’environnement est également utile pour définir le cadre. Le corps peut alors n’être presque plus qu’un « détail » dans le paysage, tout en étant omniprésent (sur un rocher, dans le sable, contre un arbre, etc.).

2 réflexions sur “Le concept

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s